Qui êtes-vous ?

Ma photo

Artiste peintre dit "intuitif". Toutes les créations picturales visibles sur ma page Google sont réalisées spontanément au-delà d'un chercher à faire et d'un vouloir comprendre. Mon seul souhait dans ce monde pictural est de rendre harmonieusement visible Ce qui me vient intérieurement de l'invisible. "Je ne suis que la main qui traduit la Vision du Coeur."

Apprenant-Enseignant (Swami) de la vie non duelle par le biais des Maîtres de l'Inde de l'Advaïta Védanta, Un Cours en Miracles, Yoga Vasishtha.etc...

Concepteur de la peinture à l'huile fluide et Animateur de l'Art-mano thérapie, un yoga de la peinture qui relie la créativité (aux doigts) à la Connaissance de soi. 
Dates de stages 2017 et infos sur http://artmanotherapie.blogspot.com 
Vous désirez vous connaître tels que vous êtes ou aller un peu plus loin dans votre Quête, voir http://lapresenceasoi-amano.blogspot.com  Visitez le nouveau site d'Amano: http://artconscience.e-monsite.com
pour contacter Amano: atelier.digitalis@orange.fr tel: 03.85.25.87.29


Stage en Art-mano thérapie

Stage en Art-mano thérapie
Voir autrement c'est vivre autrement.

jeudi 14 décembre 2017

La Voie de la fourmi et la Voie de l'oiseau. Extrait du livre Un rappel à soi.




Entretien 5.

La voie de la fourmi et la voie de l'oiseau.


Ce que nous sommes nous ne pouvons que l’être alors que ce que nous faisons peut être à tout moment modifié.



Visiteur. D’après l’enseignement de la non dualité, aucun effort ni désir ne sont obligatoires pour être, sachant que sans témoin pour prendre livraison des expériences qui arrivent, rien n’arrive. Que c’est une question de discernement et de compréhension intime ou intuitive de notre nature réelle au présent, plutôt qu’une ribambelle de techniques ou de pratiques qui vous promettent un progrès certain et un but méritoire à atteindre. Et qui, en fin de compte ne m’ont pas tellement enthousiasmé ni rendu plus vrai, plus simple et plus conscient de ce que je suis. A quoi bon toutes ces techniques méditatives qui sont parfois très rudes pour le méditant et quelquefois plus souple, plus agréable, je pense notamment au Tantra et au Thaï chi.

Amano. Toutes ces techniques et pratiques méditatives ne sont pas mauvaises en soi, elles te permettent d’être là où tu te trouves aujourd’hui pour te poser ces questions. Elles jouent un rôle considérable dans l’expérience humaine si elles ne sont pas détournées de ce qu’elles offrent. Aujourd’hui, l’être humain est surpassé par les événements qui l’accablent continuellement, s’occuper de lui-même avec sérieux et attention est devenu une chose exceptionnelle, très rare même. Les techniques méditatives saines ont toujours été des moyens efficaces pour recentrer l’homme, lui procurant ainsi un grand bol d’antistress et un plus d’équilibre. Toutes ces pratiques relaxantes et créatives ont pour but d’évacuer le trop plein emmagasiné par l’intellect. Faire le vide de toutes ces journées de responsabilités et de culpabilités enregistrées mentalement, ramène un peu de silence en soi et bien souvent la paix au foyer. Toutes ces méditations guidées ou pratiques saines ont de grandes capacités si elles sont appliquées avec confiance, vigilance et ténacité. Elles peuvent mener l’être humain à la porte de son Etreté, vers sa Reconnaissance intime. En général, elles sont les fruits mûrs d’êtres libérés vivants qui les ont appliquées et reconnues pour eux-mêmes lors de leur passage vital. Quelques unes sont nouvelles, d’autres anciennes, certaines ont été améliorées et actualisées, d’autres furent complètement déformées ou perdues. Mais toutes ces formes méditatives partent d’un centre réel pour y retourner, et ce centre réel est encore et toujours ce témoin conscient silencieux ou méditant je suis, car sans lui rien ne peut être. Sans cette présence je suis qui témoigne de toutes ces techniques et expériences, où vont-elles ? Que deviennent-elles ? Qu’on le veuille ou non, avec ou sans application guidée, c’est toujours la quête du qui suis-je, les retrouvailles du Soi Universel qui est à la racine de toutes les interrogations. Seules les voies diffèrent pour un seul et même résultat quand elles sont dirigées vers le centre, c’est-à dire : soi-même. Pour les esprits qui ont besoin de discipline, de contrôle, les techniques sont les bienvenues. Pour d’autres, c’est la voie la plus naturelle, la plus simple et la plus directe qui leur sied. Tout ceci dépend de la programmation ou la Volonté du Ciel pour l’entité choisie. C’est là que réside la différence entre les voies appliquées ou méditatives qui prennent un certain temps et la voie non duelle, Advaïta (en Orient) ou Voie Royale : le voyage hors temps et sans distance, l’En Soi. Cette Voie Royale propose directement un regard miroir sur soi-même, ici dans le maintenant, là où nous sommes, comme nous sommes. Les voies praticables proposées s’exécutent en général en partant de la circonférence pour aller vers le centre, ce qui ne peut se faire que par niveaux de conscience ou paliers de maturation avec toutes les difficultés que cela implique.

Sri Siddharameshwar tout comme Nisargadatta Maharaj et bien d’autres Maîtres Conscience de l’Advaïta (voie non duelle) appellent ces techniques méditatives à paliers plus ou moins longues et difficiles « la Voie de la fourmi ». La fourmi met un temps long et périlleux pour parcourir une grande distance, pour atteindre son but et les embûches ne manquent pas à son programme. Elle atteindra le but par une volonté de fer et un sérieux à toutes épreuves. Selon ma vision et la voie empruntée, basées sur la constatation du fait, le voir au présent, vivre simplement l’Instant Magique, je dirais que ces voies quelque peu ardues sont un peu comme aller à l’encontre du Mistral, ce vent violent du Midi ou comme le saumon qui remonte le courant du fleuve juste pour se reproduire et mourir. Ces pratiques méditatives sont très souvent traditionnelles, contraignantes et conditionnelles, nourries d’efforts, de rituels, de sacrifices et de disciplines. Les amis bouddhistes et autres groupements religieux ritualistes les affectionnent et en sont des preuves vivantes. Dans ces communautés, la maîtrise de soi est synonyme de principe, de renoncement, de contrôle et de rigueur. Elles empruntent mille chemins escarpés vers le Sommet pour arriver en fin de compte à la seule et unique compréhension valable :

Sans celui qui médite ou sans celui qui cherche, pas de méditation ni de recherche.

V. Oui ! De là où nous partons, là nous retournons !

A. Exactement. Il n’y a pas de destination véritable autre que celle qui nous dirige vers soi-même. Même, si l’on pense aller quelque part avec son barda pour découvrir et connaître Ce que nous sommes, nous ne faisons rien d’autre que de nous diriger là où nous sommes vraiment, c’est-à-dire ici dans le maintenant et vers soi-même. La Voie Non Duelle ou Advaïta que j’affectionne est la voie naturelle ou non voie. Pour essayer d’en parler, nous pouvons seulement dire que cette voie simple et rapide touche directement le Centre immuable, le Cœur, l’Etreté, le Soi, le JE Impersonnel sans aucune déviation, puisque partant de là, elle revient à elle-même. Elle est le point d’appui, le port d’ancrage stable, le ciel permanent qui permet toutes les possibilités de la circonférence ou périphérie qui elle, est variable et peut se modifier à tout moment. Un cercle parfait ne se dessine que d’un seul trait, émergeant d’un seul centre. Ce centre parfait est l’intérêt majeur du chercheur sérieux car il ne peut être autre que ce centre. Je le répète, Sans Ce Centre Je Suis, Ce Soi Inaffecté, rien ne peut être. Sans Cette Présence Témoin Neutre pour confirmer et évaluer un fait ou un évènement quel qu’il soit, celui-ci n’existe tout simplement pas.

V. Oui, c’est compréhensible mais difficile à admettre spontanément.

A. Pourtant tout est spontané, admettre est spontané puis la compréhension vient ensuite. L’habitude de tout mettre à la sauce du mental fait de ce qui est simple et direct, quelque chose de compliqué et d’indirect.

V. Bon ! J’ai pas mal de chose à revoir dans la façon de concevoir.

A. Nous passons tous par là. Au début de notre enquête, cela parait difficile d’observer notre façon inculqué de voir, de dire ou de penser puis par vigilance et discernement, cela devient de plus en plus naturel. Revenons au sujet du jour.
Comme dit plus avant, la circonférence modifiable ou la voie de la fourmi représente tous les divers cheminements plus ou moins difficiles pour joindre le centre, le Cœur de l’Etreté qui lui, est impossible à modifier ou à concevoir puisqu’il précède et permet tout ce qui est. Bien que pas apparent aux yeux mentaux, le centre est ce qui permet de reconnaître tout cela. La voie non duelle représente l’aperception consciente de l’Etreté toujours présente qui précède tout le reste, nous dévoilant que le centre n’est pas un point idéalisé à chercher ni un lieu particulier à trouver, mais qu’il est réellement partout, dans l’ici-maintenant, là où nous sommes. Jésus Le Vivant dit : Là où demeure ton cœur, là est ton trésor. Cette voie intérieure ou chemin sans distance nous offre la reconnaissance intuitive et directe du « qui ou que suis-je ? Ou Suis-je conscient Ici et Maintenant ?» par un discernement vigilant et le défaire au présent de ce que je ne suis pas ou crois être. Certains Maîtres Conscience de l’Advaïta l’ont appelé « la Voie de l’oiseau ». L’oiseau rejoint rapidement le Sommet de la montagne, sans trop d’effort, sans laisser de trace, avec la seule volonté innée et intuitive de voler vers la cime, s’y installer lucidement en entretenant la juste certitude et la vision claire sur soi-même comme sur ce qui Est. La voie de l’oiseau est très simple, peut être trop simple et certainement pas bien facile à admettre directement en soi pour une société humanisée mentalement qui collecte et amasse sans cesse les informations, où tout s’achète et tout se vend, où seul le profit et la réussite matérielle sont de mises. La gratuité, la simplicité et le don de soi n’ont aucune valeur à l’esprit de l’homme mondain gouverné par le temps, les attraits ou objets, l’avidité et la répulsion, la cupidité et la convoitise.

La richesse intérieure est devenue une affaire d’argent et la vérité, une affaire de goût.

V. C’est certain que tout nous pousse mentalement à avoir, à faire et à devenir plus ou mieux qu’autrui.

A. Oui. La voie de la fourmi est multiple, elle contient un nombre incalculable de techniques d’approche qui peuvent être acceptées, négligées ou abandonnées et à mon goût sont bien trop souvent payantes. La voie de l’oiseau est gratuite, offerte, car sa valeur est hors de prix, n’ayant aucune alternative concernant les possibilités. Elle est simplement une révélation interne de notre Identité Réelle toujours présente et ne peut être dérogée ou manipulée par le mental égotisé. La voie de la fourmi se concrétise à travers le temps et l’espace, alors que la voie de l’oiseau n’est basée que sur cela qui s’exprime dans le temps et l’espace, les contenant tous les deux sans être limitée par eux. Aujourd’hui, pour l’esprit occidental, la voie de la fourmi perd de son assise, pour la simple raison que les hommes veulent tout et tout de suite. Leur vie modernisée est tellement rapide qu’ils courent dans toutes les directions sous influence d’idées béates, afin de conquérir tous les vents illusoires du monde.

V. Pourtant, nous, les occidentaux, voyons fleurir un peu partout des temples bouddhistes et autres..

A. Cela prouve en quelque sorte que l’homme va bien trop vite dans ce monde de trouble, oubliant ce côté tranquille, paisible en lui. Des lieux de paix et de méditations émergent partout pour ralentir sa précipitation, pour calmer son mental trouble et lui redonner le goût du présent. Si l’homme côtoyait sa nature sensible au quotidien avec lucidité, aucun édifice ne serait nécessaire pour évacuer son surplus, son stress, ses peurs, il serait lui-même ce temple vivant, s’exprimant naturellement dans sa vie offerte, partageant avec ceux qui l’entourent ou qui en font la simple demande. Construire un temple, un espace idyllique deviendrait seulement de l’amour pour l’art et la beauté du geste dans une découverte créative sans intention particulière. Quand il est dit que la voie de la fourmi est moins attrayante, c’est en rapport avec le temps que s’accorde l’être humain pour exécuter une tâche. Les hommes ne prennent plus le temps pour eux-mêmes et le sens de la méditation ou du regard lucide sur soi est brouillé par le sens des affaires. Bien que des refuges et autres centres fleurissent de toutes parts, proposant de multiples techniques d’approche intérieure, peu d’hommes et de femmes y recherchent leur nature réelle, Ce qu’ils sont réellement en deçà de tous concepts si captivants soient-ils. Ils et elles y viennent assez souvent par curiosité, pour se ressourcer et larguer du lest, et tu me diras, c’est déjà une très bonne chose. À l’origine ces Temples, Eglises et Ashrams sont les reflets vivants d’un miroir sans tache, un Sage représentant la nature véritable de l’intériorité en l’homme, libéré de l’emprise égotique, avec la possibilité offerte à tous d’en bénéficier dans leur vie physique et d’en réaliser sainement le fait au présent.

V. Tout ce que tu évoques, confirme ce que je ressens intérieurement.

A. J’en suis ravi, laisse la porte grand ‘ouverte. Aujourd’hui, bien que nombreux, ces lieux de pèlerinage et de retraite méditative ne sont pas toujours abordés par de véritables chercheurs de vérité. Ce sont plus des curieux dits spirituels en quête de contentement et de satisfactions personnelles, qui y viennent. Le chercheur de vérité en quête de lui-même fréquente très peu ces endroits spécifiques, il y passe parfois mais n’y reste que très rarement, sauf s’il y trouve un miroir vivant indicateur de lui-même. Autrement dit, un Maître Révélateur de Conscience qui le fera se rencontrer, puis se reconnaître en tant qu’entité non séparée du Maître, de Cela qui Est. Etant discrète mais très active, la voie de l’oiseau ou la voie non duelle arrive à grands pas dans l’expérience humaine même si elle ne se dévoile pas publicitairement. La mentalité sélective est en train de changer, de perdre ses appuis par son trop plein d’idéologies fantasques prometteuses comme son manque croissant de valeurs véritables. L’intelligence conscientielle est en marche discrètement et prend de plus en plus les directives en l’homme et cela malgré les apparences trompeuses. Les nouveaux horizons de communications entre les hommes ouvrent déjà de grandes portes sur la Communion Véritable. Le monde moderne et son matérialisme grandissant en quête de satisfactions personnelles happe toujours beaucoup de gens, mais qui se blasent assez vite de toute cette influence superficielle néfaste et cela dès le plus jeune âge. C’est là que s’active, sans trop faire de bruit, le cheminement sincère vers soi-même par le besoin de comprendre le pourquoi de qui nous sommes, le pourquoi de toute cette souffrance adoptée inconsciemment comme le pourquoi de ce que nous venons faire sur cette terre où se côtoient sans cesse l’enfer et le paradis mental. Ces questions essentielles qui abondent chez l’être humain ayant le désir profond de se connaître, cela dans les esprits de plus en plus jeunes, prouvent l’inefficacité des apparats idéalistes et l’impossibilité des plaisirs éphémères à rendre l’humanité vraiment heureuse.

V. D’après ce que j’en comprends, l’homme d’aujourd’hui est plus attiré par une voie rapide, soit ! Que dire alors des foules qui abondent dans des lieux qui pratiquent des voies plus lentes.

A. Les chercheurs d’hier étaient beaucoup plus simplistes que ceux d’aujourd’hui. Les temples étaient fréquentés par des êtres humains qui prenaient le temps pour eux-mêmes. La mécanisation, la modernité et le matérialisme croissant ne les désorientaient pas encore de leur recherche profonde et l’application assidue était courante. Aujourd’hui, l’homme moderne est submergé par les technologies, le temps, le pouvoir, l’argent, le désir, le sexe et le stress. Une voie rapide et naturelle lui est offerte depuis toujours mais il est tellement prisonnier de l’idée d’atteindre un but, accaparé par l’idée de mérite et d’avoir, de l’idée de domination et de soumission, qu’il n’imagine pas une autre alternative pour se découvrir tel qu’il est ou pour se retrouver naturellement. Il croit encore, comme les jeunes enfants, qu’il faut acquérir dix bons points pour recevoir une belle image. Alors que tout est déjà là précédant tout le reste, qui attend patiemment que l’homme fasse une volte-face totale sur lui-même, qu’il porte un regard juste vers la Source Intérieure dont il est issu. Aujourd’hui, avec les moyens concrets et efficaces que nous avons, la compréhension intuitive de notre nature hors mentale est beaucoup plus accessible. Les consciences de masse évoluent et avec elles, le discernement des phénomènes duels, la vision du vrai d’avec le faux. L’écoute des autres grandit dans les esprits, les cœurs s’ouvrent de plus en plus, bien qu’il reste beaucoup à saisir et à faire pour accepter l’autre comme soi-même, comme il est, sans le dénaturer d’opinions pauvres et de jugements idéalistes non fondés.

V. Ce qui apparaît nous montre continuellement le contraire. Ce que nous voyons n’est pas bien réjouissant, je dirais même que le poison est toujours dans le gâteau !

Une tache d’encre rouge sur un mur empêche l’observateur de voir aussi le mur ainsi que l’espace qui le soutient.

A. Oui, l’esprit limité qui limite tout ce qu’il voit d’après ou selon, est toujours déconcerté par ce qui apparaît comme par ce qui disparaît. Son œil reste sur le plan objectif, ne voyant pas la source d’où tout cela provient. Ceci nous montre que ce qui semble être réel pour un temps ne l’est pas forcément, puisque tout cela passe. Tant qu’un regard limité approuve et désapprouve un événement éphémère en lui accordant un intérêt démesuré, il ne pourra cesser d’empoisonner son propre gâteau de doutes, de peurs et d’images référencées qui elles aussi sont de passage et sans grand intérêt. Ce que l’on voit n’est pas réel, ce qui est réel ne se voit pas, disent les Sages. Sans l’espace invisible qui est entre tes doigts visibles, ceux-ci ne peuvent se mouvoir a dit le Maître Conscience Osho.

V. Tout ceci n’empêche pas les guerres d’éclater de toutes parts, de tuer ni de détruire.

A. Non, dans ce monde mental devenu fou par égocentrisme où se mêlent le vrai et le faux, le mieux et le pire, rien n’empêche les désastres de se produire, ni au même moment ailleurs, la Paix Vivante d’éclairer des cœurs et des visages, et cela depuis toujours. La joie s’accompagne de la peine, les pleurs de rires, la naissance de mort, etc. et tout cela se passe en toi, par toi et devant toi mais rien de tout cela n’est toi sauf bien sûr, si tu l’abordes personnellement comme étant tien.

On ne peut pas changer le monde des phénomènes et des apparences multiples, seule notre attitude envers soi-même comme envers ce monde imaginé, change.

Les opposés se côtoient tout le temps et ne s’entendent pas forcément dans un esprit restrictif, sélectif, conditionnel. Tant que la perception d’un concept est voilée, segmentée, comparée et valorisée, il ne peut y avoir une connaissance totale de ce concept. La voie non duelle te montre simplement l’ensemble comme il est, avec ses opposés et ses conflits, sans qu’un rajout ou qu’un retrait d’ordre psychique ne vienne déranger l’évènement établi.

Voir les choses comme elles sont sans les cataloguer devient alors un témoignage vivant, sans effort, sans conflit et sans affect.

V. Cela veut-il dire que tout ce qui se passe dans le monde ne nous concerne pas ?

Il n’y a qu’un monde qui inclut tout ou rien, selon l’approche de Ce qui Est.
A. Tout ce qui se passe, se passe dans quel monde ? En réalité quel monde nous concerne ?
Est-ce ce monde environnemental, ce décor naturel dans lequel le corps et le mental vivent ? Est-ce ce monde subtil et cellulaire qui donne la vie au mental et au corps ? Est-ce ce monde de la totalité des phénomènes mentalisés dans lequel tout apparaît et disparaît inlassablement dans la mémoire ou bien est-ce ce monde non manifesté qui permet la manifestation de tous les autres mondes objectivés, etc. Tu vois, rien ne nous appartient et tout se gère au-delà d’un intellect miniaturisé par ses idéations. Par où commencer une analyse de ce qui doit être accepté et de ce qui ne doit pas l’être. Où est cette aptitude parfaite pour organiser un monde parfait selon des critères imparfaits et segmentaires. Comment rejeter quoi que ce soit hors de soi. Comment oublier les uns et se souvenir des autres sans tous se les rappeler.

Tout est toujours là dans le monde du Maintenant, et tout passe en soi sans laisser de trace. Etre concerné c’est l’être de Tout et non seulement de la partie qui nous intéresse.

V. En définitive, il faut donc arriver à l’Acceptation Totale.

A. Oui, exactement. Seule l’Acceptation Totale permet la Compréhension juste que tout ce qui est, est comme cela doit être, ni plus ni moins. Que nous en parlons ou pas, que nous soyons pour ou contre tout ce qui se passe ne modifie en rien ce processus de la Conscience Impersonnelle ou de la Neutralité Divine.

V. J’ai une question qui me vient à l’esprit sur le concept de l’Advaïta Vedanta. J’ai entendu dire qu’il y avait une nouvelle forme de non-dualité sur les réseaux sociaux et autres, qui se propageait et qui se nomme la Néo-Advaïta. D’après ce que j’ai compris, elle propose une vision directe du Soi Universel sans rien faire de particulier, sans le besoin de chercher ni de comprendre quoi que ce soit, sans être pourvu de sensations ou d’émotions, que ce n’est qu’un accord avec sa Vraie Nature, qu’il n’y a pas besoin de guide, que tout est simple, etc…Qu’en penses-tu ?

A. Tout ce que tu évoques par ces grands mots sont entièrement justes et vrais en eux-mêmes, il n’y a pas de contradiction sur ces dits spirituels mais pour mon cas, je suis de la vieille école, peut-être un peu trop dans le sens où la Connaissance de soi, du Soi ou encore le JE Impersonnel, bien qu’Il soit toujours là, Immuable, ne peut être reconnu lucidement que par le « défaire » de ce qu’il n’est pas. L’Advaïta Vedanta traditionnelle est la Vision Directe du Soi tout en signalant ce qui l’empêche de s’établir naturellement, l’ego et ses objectivations, la personne fictive qui s’imagine être capable de faire comme bon lui semble ayant un libre arbitre et une volonté lui appartenant de droit. Par cette voie qui me tient à cœur, il est indispensable d’être guidé par la Vie elle-même ou par un Maître Conscience qui a parcouru son itinéraire en tant qu’être séparé jusqu’à l’Acceptation totale de ne plus l’être. La Compréhension est Tout, c’est certain, mais pour comprendre sans le doute, les croyances et l’imagination, il est avant tout nécessaire de se débarrasser lucidement de tout le cirque mental invalidant qui nous éloigne sans cesse de Ce qui Est et que Nous Sommes. On ne peut discerner son visage dans de la boue. Je n’ai pas choisi cette Voie Royale, l’Advaïta Vedanta traditionnelle avec sa Lignée de Maîtres Conscience plus pointus les uns que les autres et dont le Message est d’une Clarté sans précédant du moins pour la programmation de ma recherche. L’Advaïta traditionnelle est arrivée soudainement dans mon expérience au moment le plus important dans ma vie et je n’ai fais que suivre le tracé. Je ne connais pas bien ce phénomène grandissant de Néo-Advaïta et je ne peux en dire quoi que ce soit de certifié. Pour ma part, je sais intérieurement qu’avant de courir il faut apprendre à marcher et que les chutes font partis de l’apprentissage. Mes premières toiles peintes furent des ébauches plus connues par la poubelle que par les observateurs. Un repas copieux prend un certain temps pour la digestion. Une chose est certaine en mon esprit, c’est que quoi que ce soit qui se passe dans l’expérience de chacun-chacune, c’est le fait de sa programmation, du choix limpide de la Conscience Universelle ou la Volonté du Ciel et qu’Elle seule connaît les tenants comme les aboutissants de toute cette aventure humaine. Pour ainsi dire, Cela est comme cela doit être, Mille chemins pour un Sommet.

V. Oui, après tout chacun sa route tant que celle-ci ne mène pas à la dérive !

A. Et encore la dérive peut être utile pour se retrouver si elle fait partie de la destinée. Nous ne savons aucunement ce que peut vivre la Conscience au travers de l’entité de son choix.

V. Pour revenir au sujet de l’entretien, tu disais : Il n’y a qu’un monde qui inclut tout ou rien, selon l’approche de ce qui Est.

A. Oui. Il n’y a qu’un monde qui inclut tout ou rien, selon l’approche de ce qui Est. Ce monde total ne peut avoir aucune réalité propre sans la Présence Témoin pour lui donner Vie. Cette Présence témoin, ce Je Suis après analyse, n’est qu’un tremplin pour aller au-delà vers le JE Impersonnel et n’a rien à voir avec une volonté dite personnelle ou individuelle. Rien n’est autre que la perceptivité via l’expression multiple de la Source Originelle ou de la Conscience Une dans son processus inconnu mentalement, à la découverte d’Elle-même au travers de toute ses manifestations.

Tout ce que nous faisons ou croyons faire, fait parti du jeu de la conscience pour un temps déterminé dans un espace délimité et peut varier à tout moment selon les facultés et la programmation de l’entité. Ce que nous sommes tous réellement est au-delà de l’espace et du temps, du nom et de la forme, de toute personnification, de toute programmation, de toute analyse, de toute modification, de toute action comme de toute idéologie codifiée et ne peut aucunement être soumis à quoi ou à qui que ce soit d’objectivé.

Ce que nous sommes unitivement comme impersonnellement est le Cœur Immuable de tout Ce qui Est, Ce Soi Immaculé permettant tout simplement Ce qui Est.

vendredi 8 décembre 2017

Dates de Stages en Art-mano thérapie 2018


Libérer votre créativité,
Epanouissez-vous intérieurement,
Jouissez pleinement du Moment Présent.

Dates de Stages en Art-mano thérapie 2018 en week-end 
à l'atelier digitalis au Prix de 170 euro par personne.

-27 et 28 Janvier.
-24 et 25 Février.
-24 et 25 Mars.
-14 et 15 Avril.
-12 et 13 Mai.
-16 et 17 Juin.
-21 et 22 Juillet.
-18 et 19 Août.
-22 et 23 Septembre.
-13 et 14 Octobre.
-10 et 11 Novembre.
-15 et 16 Décembre.

Pour toute infos et renseignements, voir plus bas sur le site.


mercredi 14 décembre 2016

extraits du Livre L'Art-mano thérapie, un yoga de la peinture à la portée de tous.


Amano 
(juste un petit coup de balai lucide suffit pour être Libre.)



Entretien 5.

Sortir de l’ego, c’est être simplement soi-même libre de ce que l'on est pas.


Visiteur. Bien que je suis attiré par le monde de l'Art et ta manière originale d'aborder ce sujet, je sais que ma venue ici me donne l'occasion de poser des questions un peu plus profondes, alors je ne m'en prive pas. Je voudrais bien lâcher-prise de tout ce cirque mental qui me dérange pour être simplement moi-même sans condition et vivre sous la guidance intérieure mais j’ai la vague impression que quelque chose me retient sans cesse dans ses filets. Peux-tu me donner ton avis ?

Amano. Dans la vision intuitive, l'Art Créatif et la Conscience non duelle sont inséparables. Le premier est l'expression favorite de la seconde. Pour revenir au lâcher-prise qui te préoccupe, oui je peux te donner mon avis mais ne t'éloigne pas de toi-même pour en vérifier la teneur. Ne cherche pas à conditionner mentalement ce que tu reçois.

L’adoption aveugle de l’idée de la perte ce que l'on croit posséder nous retient dans ses filets illusoires. La peur de perdre ce qui ne nous appartient pas, quelle folie prise en compte par la majorité des êtres humains ! Nous sommes trop habitués à vivre selon ces on-dit stupides et superficiels, ces croyances puériles avec ces normes conditionnelles qui nous font penser qu’avoir ou détenir est un signe certain de liberté comme de réussite personnelle. Ce n’est en vérité qu’un signe d’allégeance, de soumission perfide à ce qui n’existe qu’en apparence, à ce qui n’a pas de fondement réel, à l’ego falsificateur de vie. Il te paraît impossible aujourd’hui de tout laisser te quitter et d’accueillir simplement ce qui t’advient. De suivre le courant naturel de la vie sans t’égarer dans ce que tu as accepté et confirmé pour vrai. Comme beaucoup, tu adhères sans trop sourciller à cette manière d’être, de vivre, de concevoir selon tous ces préceptes discordants, mais d’où viennent-ils ? Sont-ils réellement Là ? Et s’ils existent vraiment, sont-ils nécessaires pour être naturellement Soi-même et Libre de l'être ? Ces questions pertinentes, si tu te les poses intérieurement, peuvent t’amener à une nouvelle perception comme à une nouvelle compréhension concernant ton propre cas ainsi que celui des autres qui sont tous comme toi. Intérieurement, nous sommes tous UN et le Même mais l'idée d'être une personnalité temporelle particulière ayant un nom, un âge et une adresse nous éloigne de cette simple Re-connaissance Unitive. Tout ce chaos psychique enregistré qui génère la souffrance, la peur, les doutes, les croyances et les conflits viennent tous de l’ego séparatif. L’ego promet à l'entité humaine, la sécurité, la réussite, le prestige, un certain confort doré mais plus que tout, il désire sa signature vitale sur son livre de mort. Son but ultime est de nous dévier sans fin de cette Saine Compréhension et de notre véritable désir caché, qui est de se connaître pleinement soi-même, vivant, heureux, libre, sans fard, Unis simplement à Ce qui Est.

V. Oui, en fait c'est ça ! Je veux être libre mais ne rien perdre. Pourquoi avoir peur de perdre ?

A. Qui est ce Je qui veut être libre et ne rien perdre ? N'est-ce pas ce moi fabriqué ! Cette idée enregistrée d'être une personne ayant des choix, des ambitions ou des idéologies ! Réfléchis à ceci avec sérieux et tu verras d'où vient le problème ainsi que le moyen de le résoudre. L’ego collectif nous a imposé depuis x temps, l’impression que les choses sont comme ceci ou comme cela, qu’elles deviennent nôtres, qu’il faut à tout prix les préserver et surtout ne pas les perdre. C’est la même configuration que pour la Connaissance du Soi Impersonnel. Nous croyons que le fait de rechercher un idéal ou de faire une enquête sur notre Origine, va nous faire perdre tout ce que nous sommes en amont ou bien pire, que cette quête sur soi va ajouter un plus de connaissances spirituelles à notre palmarès psychique. Nous désirons mentalement un enrichissement de soi, une augmentation gratifiante d’un savoir spirituel qui doit prouver la supériorité et l’efficacité du chercheur. À ce niveau, ce n’est que l’ego empirique qui cherche le moyen de surestimation, éloignant ainsi l'entité de Ce qu'elle est impersonnellement. Cela ne peut être que faux, que vil, dans le sens où la vraie quête de soi, du Soi Impersonnel est un Défaire Lucide de ce que nous ne sommes pas par une auto-investigation, un désapprentissage au présent des connaissances apprises pesantes. Cette quête intérieure est un retrait vigilant en soi de toutes les couches insanes ou scories mentales qui recouvrent l’Etreté Immuable, le Pur Soi. Toutes ces couches gluantes d’absurdité et d’ignorance étouffent la simplicité d’être. Tant que le chercheur croit qu’il va perdre le sens de sa petite existence sécurisée pour se découvrir autre en ayant moins et voulant beaucoup plus, il ne fera qu’interpréter faussement la saine démarche selon ses acquis, ses défenses, ses attaques, prenant ceci et rejetant cela. Dans la véritable quête intérieure, il n’y a pas de perte ni de gain, rien ne nous appartient tout en étant au service de la Conscience Une qui nous vit, qui vit tout. Cette quête intime est une perception claire au présent de tout ce que nous ne sommes pas ou apprivoisé pour vrai et qui tombe de lui-même en temps voulu comme les feuilles ayant joué leurs rôles, tombent naturellement des arbres en Automne.

V. Et ce qui reste, c’est juste l’arbre nu qui montre sans complexe son tronc et ses branches.

A. Exactement. Ta vie peut rester sous les mêmes traits qu’auparavant, le même travail, le même lieu, les mêmes engouements à la découverte, à l'exploration. Mais à la différence, c’est qu’en ayant saisi lucidement le processus infâme de l’ego, tu ne te laisses plus embarquer dans son jeu délirant ou alors si tu t’y embarques, cela ne dure qu’un court laps de temps, tu rectifies assez rapidement le tir car tu te sais le précéder donc ne pas être ce fantôme imaginé. Suite à cette compréhension intuitive, tu vis tout naturellement ce qui est à vivre ici dans le maintenant, témoin libre de tout ce que tu n’es pas, laissant naturellement la porte ouverte à Ce qui Est comme à la véritable créativité ou activité.

V. Je vois. Est-il possible d’ôter la vie à l’ego ?

A. Oui. Bien que l’ego n’a pas d'existence propre, ne vit pas de lui-même, par lui-même. Nous sommes tous là pour ôter la vie à cet ego perturbateur mais pas comme on l’entend généralement car aucune arme mentale caractéristique ne détient ce dit pouvoir. Pour lui ôter la vie et son emprise gluante, il suffit seulement de Reconnaître en conscience son inexistence au Présent. Dans l’ici et maintenant, là où nous résidons vraiment l’ego n'est pas, ne peut être. Seul le moi impersonnel existe en relation naturelle avec Ce qui Est.

V. En fait, l’ego n’est qu’une pâle illusion ou photocopie de ce qui est !

A. Oui. Accueilli inconsciemment par l'entité humaine, l'ego entretient un rêve de douleur et de séparation qui la conditionne. L’ego n'existe que par les idées objectivées, il représente le moi-je-mien personnalisé toujours insatisfait. Il résiste en soi par un soutien aveugle à l’irréel et à l’éphémère, à la crédulité, au mensonge, au faux, etc. C’est comme si un rêveur imagine que son rêve est réel et que ce même rêve se révolte contre lui-même tout en le manipulant, de manière à ce qu’il reste prisonnier de ce rêve. Tant que le rêveur ne prend pas conscience de lui-même en tant que rêveur conceptuel ni de ce rêve cauchemardesque qui le maintient dans la torpeur, il ne peut faire autrement que de poursuivre tant bien que mal ce phénomène illusoire et sans fondement. Prendre conscience de l’idée du rêveur met fin au rêve comme au rêveur lui-même. Prendre conscience que l’ego n’a aucune véritable existence lui appartenant de droit ni aucun pouvoir réel sur l'entité humaine que celle qu'on lui prête met tout simplement fin à son règne, à son empire, à sa gouverne malsaine.

L’ego n’est qu’un mirage entretenu qui fait peur mais une fois la supercherie découverte, il ne peut que disparaître. Le moi libre ou naturel alors, reprend définitivement sa place.

V. Là ce n’est pas comme pour la peinture, je vois que le sérieux est de rigueur !

A. Le sérieux est de rigueur pour évincer complètement de l’esprit cette souffrance adoptée inconsciemment, cette manipulation perfide avec ses obstacles déviants qui jonchent un parcours de vie, empêchant la Liberté d'être de se manifester naturellement. Il est important de se défaire ou de se désidentifier de la personnification, le moi-je-mien et tout son cirque égotique qui empêche d’être impersonnellement soi-même plein et total, serein et libre. Il est impératif de sortir pleinement de sa bulle individuelle organisée par un passé éteint pour Voir Nouvellement en tant que témoin neutre le monde Réel et Vivant qui nous tend sans cesse les bras. Puis, dans cette saine reconnaissance, ce bien être retrouvé lucidement, tout devient un Jeu Sublime de la Conscience et un passe temps plus agréable à vivre.

V. D’après ce que j’en conçois après nos longs échanges, tout n’est qu’une question de vision réaliste. Voir les choses comme elles sont et non selon nos interprétations limitées quelque peu infantiles. Pourquoi avons-nous succombé à certaines spiritualités, religions ou autres cultes réductifs si au bout du compte tout ceci n’est qu’éloignement de soi et idéations illusoires ? Pourquoi nous cherchons un salut dit extérieur, alors que tout est déjà là et qu’il suffit pour cela de sortir comme tu le dis, de ce rêve traumatique auquel nous accordons réalité ?

A. Tout ce cirque mental déviant de soi, du Soi Impersonnel vient de l’apprentissage éducatif aveugle, d’une idée adoptée de continuité entretenue inconsciemment qui a pris jour dans un moulage formaté par l’ignorance et la crédulité. Comme nos prédécesseurs, nos anciens, nos parents, nous suivons avec des œillères devant les yeux et des bouchons de cire dans les oreilles, un cheminement organisé, sécurisé par des valeurs objectives tronquées. Nous ne voyons pas réellement ce qui nous est tout proche et nous n’entendons pas Ce qui en nous, nous appelle constamment. La société humanisée depuis des lustres par des entités aveugles et sourdes n’a pas laissé le choix véritable ni l’interrogation studieuse sur cette manière de vivre qui nous est lourdement imposée. On nous a inculqué dès notre plus jeune âge ce seul critère de vie objective à suivre, bordés par de nombreuses étapes à franchir, de nombreux problèmes à résoudre, de multiples expériences plus ou moins contraignantes, des sacrifices en tous genres de manière à atteindre ou à devenir autre ou mieux que ce que nous sommes vraiment. Pour notre soi-disant bien être personnel ou pour un salut paradisiaque bien mérité, beaucoup d’organismes divers et variés bien structurés psychiquement sont apparus dans le monde humain. Ces organismes nous ont poussé à croire en ceci ou en cela, à celui-ci ou celle-là, à vivre selon ou d’après, etc. Nous avons reçu comme instruction qu’il fallait faire toujours plus pour avoir encore plus. A coller des étiquettes sur tout comme à perdre de vue l’émerveillement spontané innocent. A évaluer un supérieur par rapport à un inférieur, sans passer en revue tout le reste qui nous incombe. Nous sommes devenus des moutons à tondre, des pompes à fric et comme nous avons pris en compte sans sourciller tout ce système visqueux, nous y adhérons tant bien que mal jusqu'à parfois s'y complaire. Toutes ces organisations égotiques qui prônent des valorisations mesquines ou des invalidations de soi, font qu'au bout du compte nous restons continuellement dans le manque, le trouble, l’insatisfaction, la peur, le mensonge, la jalousie, la haine, la frustration, la confusion, etc...

V. Jusqu’au jour où !

A. Oui, jusqu’au jour où, suite à un déclic décisif ou une épreuve inconfortable, nous nous demandons avec sérieux si notre vie trop bien organisée vaut la peine d’être vécue. A se demander si tout ce que nous avons entrepris ou emmagasiné comme connaissances dites valorisantes est à la mesure de nos espérances. A se poser des questions un peu plus ciblées quant au bonheur idéalisé proposé par les pontes du pouvoir qui soient spirituels ou autres. A s’interroger un peu mieux sur cette manière frauduleuse de vivre en supportant toutes ces inepties, ces incertitudes qui captivent sans cesse notre esprit nous faisant totalement oublier notre véritable raison d’être. Tant que nous restons soumis à ce circuléum invalidant et tant que nous ne nous rebellons pas intérieurement sans la violence contre ce système obscur gluant qui nous colle à la peau, nous ne pouvons certainement pas entrevoir le rayon de lumière en soi toujours là qui nous invite sans fin à le suivre pour être simplement nous-mêmes, libres de tout ce que nous ne sommes pas.

V. Oui, se rebeller intérieurement contre ce système mental ne veut pas dire que nous devons nous battre violemment contre lui. C'est plutôt résoudre le problème en soi, le voir pour ce qu'il est puis s'en défaire comme tu le répètes souvent. Quand je regarde ce monde avec tous ses conflits quotidiens, je comprends bien que tous les humains ou presque sont en guerre avec eux, avec tout, avec tous, avec n'importe quoi pour finalement arriver à rien d'autre que des chimères et à plus de misère encore. Ce monde est malheureusement devenu un terre minée où chacun pose un piège ou se fait piégé, quelle folie destructrice !

A. Oui, la rébellion véritable ne peut être qu'intérieure, solitaire sans attaque ni défense. Résoudre un conflit extérieur par la violence ne mène qu'à plus de conflits intérieurs comme extérieurs. Tout ce système objectif malsain qui prône la destruction, le profit, l'indifférence, le racisme, la guerre et autres ignominies du genre ne peuvent que croître en chacun si le chacun en question n'intervient pas lui-même par la saine prise de conscience qu'il n'est pas cela, qu'il le précède impersonnellement. En d'autres termes, qu'il ne vit pas de lui-même en tant que personne limitée par la pensée fragmentaire mais Vécu par la Conscience Immuable ou Absolue inaffectée par tout ce cirque. Avec cette découverte inestimable, il accueillera sans difficulté une version d'un soi autrement se vivant librement comme harmonieusement avec tout et tous. En chaque être humain quel qu'il soit, réside la solution adéquate pour mettre un terme définitif à l'absurde et à la folie meurtrière mais pour ce faire, il est impératif d'aller à la racine immonde qui infecte la vie intime pour la déraciner une bonne fois pour toutes. Tous ceux et celles qui l'ont compris lucidement se sont pleinement engagés dans cette rébellion interne au-delà de toute violence comme de toute destruction, nous donnant des Clés Précises, Sûres, Solides, pour que nous puissions à notre tour détrôner l'ego adopté et répandre cette Salutaire Information au plus grand nombre.
    V. Encore une fois, j’en prends note en te remerciant profondément pour cet exposé nourrissant qui m'apaise et m'aide à voir la Vie autrement.

dimanche 6 novembre 2016

Libérez votre Créativité. Epanouissez-vous. Jouissez pleinement du Moment Présent.


Amano

Vous propose à l’atelier Digitalis et en déplacement pour les groupes au travers de stages ludiques méditatifs :

*d’explorer dans la simplicité du geste votre potentiel créatif.
*d’élargir le champ de votre vision en affirmant votre domaine d’expression.
*d’utiliser autrement vos sens physiques et votre perception mentale.
*de réajuster lucidement le rythme naturel de votre respiration.
*de vous délivrer sans effort des blocages adoptés inconsciemment.
  *de retrouver intérieurement la confiance, la sérénité et l’équilibre.
*de réveiller en vous l’innocence, l’attention et l’émerveillement.
*de rétablir sainement le plan relationnel et ses valeurs existentielles.
*de ressentir l’Energie Libre qui nous meut tous unanimement.

*d’apprécier au Présent la vie temporelle qui nous est confiée.   

dimanche 3 janvier 2016

Dates de Stages en Art-mano thérapie 2018


Dates de Stages en Art-mano thérapie 2018 à l'atelier Digitalis. 71110 Briant.   atelier.digitalis@orange.fr   tel: 03.85.25.87.29

Prix du stage par personne: 170 euro+ 40 euro incluant 3 repas+1 petit déjeuner. Logement gratuit la nuitée du samedi chez nous à la campagne pour ceux et celles qui viennent de loin. 



 Stages ludique-méditatif pour libérer votre créativité, vous épanouir et jouir pleinement du Moment Présent. 




"Se connaître intérieurement c'est découvrir lucidement ses propres limites, s'en défaire simplement pour aller au-delà." 


Je me déplace dans votre région pour animer un stage de 2 jours en Art-mano thérapie pour un groupe d'au moins 6-7-8 personnes au prix de 200 euro par personne (fournitures comprises) stage gratuit pour l'organisateur (trice) à condition qu'il m'offre le gîte et le couvert.


N'hésitez pas à prendre contact avec nous comme à prendre soin de vous-même car rien ni personne ne peut le faire à votre place.






tableau réalisé uniquement avec les doigts par Amano.


Organiser un stage dans votre région et ou une exposition

Vous avez des amis, vous connaissez un groupe de chercheurs curieux ou méditatifs, alors vous pouvez organiser un stage en Art-mano thérapie dans votre région et même une exposition de quelques oeuvres d'Amano.

Pour un stage dans votre région,
Amano se déplace à partir de 7-8 personnes intéressées, (pas plus de dix). Pour ce faire, il faut une salle éclairée, 2 ou 3 tables, des chaises et un coin lavabo.

Le prix d'un stage pour adultes sur un week-end, déplacement et fournitures comprises est de 200 euro par personne.

Amano offre le stage à l'organisateur (trice) à la condition que celui-ci ou celle-la, lui offre le gîte et le couvert.
"N'hésitez pas à découvrir cet art pictural novateur et méditatif où tous vos sens se mettent en alerte."

------------------

Voir les prochains stages 2018 en Art-mano thérapie sur Briant à l'atelier Digitalis, (une ferme tranquille dans la belle campagne brionnaise) Un lieu inspirant pour créer et se retrouver.

prix du stage : 170 euro (fournitures artistiques comprises) + 40 euro pour 3 repas et petit déjeuner. Soit 210 euro par personne.

Nuitée du samedi gratuite pour ceux et celles qui viennent de loin. Apportez un sac de couchage, votre paire de pantoufles et une blouse ou vieux tee shirt pour peindre et surtout n'oubliez pas vos mains.

Pour réserver ou vous inscrire à un stage en Art-mano thérapie, il vous faut impérativement envoyer un chèque d'arrhe de 50 euro, une bonne dizaine de jours avant le stage proposé, à l'adresse: Amano, atelier digitalis, frontigny, 71110 Briant (France),

Ce chèque ne sera encaissé qu'après l'exécution du stage ou si la personne n'est pas au rendez-vous par un faux bond non justifié.

-------------------

question concernant ce stage.

Visiteur. Comment se déroule un stage en Art-mano thérapie sur un week-end ou sur 2 jours en semaine ?

Amano. Le stage commence le premier jour vers les 9h 30- 10h et se termine le deuxième jour vers les 17h-18h, des fois plus, cela varie selon le stage. Chaque stage étant un nouveau stage, cela se passe toujours comme cela doit se passer.

- 2 réalisations picturales se font le premier jour comme 2 autres réalisations se font le deuxième jour, donc 4 créations originales de stagiaires qui leur revient de droit. Les quatre créations sont exécutées uniquement avec les mains, (les doigts) sur toile de 40x30 cm et pour ce faire nous utilisons les 3 couleurs primaires que j'ai quelque peu choisi pour la qualité, diluées avec un produit naturel qualifié qui évite les allergies, les émanations négatives des produits toxiques et autres..

Je tiens à souligner que les toiles exécutées correspondent pleinement à celui ou celle qui les réalise. Que tout le programme de cette session artistique est un Yoga (union) étudié pleinement pour élargir sa vision naturelle et ses sens quelque peu endormis.

"Cette thérapie créative n'est pas seulement de la peinture jetée plus ou moins au hasard sur une toile, tout est mis en place pour se voir et pour mieux se vivre en conscience."

- Le premier jour, nous commençons par une petite respiration consciente de quelques minutes afin d'aider le stagiaire à se dégager des petites craintes, appréhensions, de ce qui va se passer lors de cette découverte, du voyage, ainsi que pour le placer dans le présent de façon à ce qu'il reçoive pleinement ce qu'il est venu consciemment ou inconsciemment chercher.

"Tout le monde est plus ou moins en recherche et l'Art-mano thérapie offre un moyen efficace pour se rendre compte de celui qui cherche."

Ensuite lors d'une petite boisson chaude, j'explique le déroulement de cette journée nommée "le cirque du mental". Ensuite retrouvant l'atelier, nous abordons cette découverte novatrice.

V. Le cirque du mental !

A. Le cirque du mental est la connaissance de ses fonctions naturelles bienveillantes comme celles qui sont déviantes, les résistances. De manière à voir et à remédier à ce qui doit l'être pour être dans son présent inaffecté.

"Se servir du mental et non être au service du mental."

- Au travers des gestes manuels très originaux et inédits, appliqués avec la peinture à l'huile diluée, inconnus par le mental lui-même, fait qu'il se place directement en tant qu'observateur curieux, lui montrant par ce biais où il se situe véritablement, un outil au service de la Présence et non plus en tant que décideur imposant son jeu contradictoire.

"Voir et Témoigner du cirque mental en tant que tel sans s'y laisser embarquer, nous replace dans notre présent inconditionné."

Lors de cette première matinée, nous découvrons une série de 7 mouvements principaux étudiés, uniquement réalisés avec les doigts.

Tous ces mouvements inédits ont la faculté d'ouvrir l'esprit du stagiaire sur un champ pictural illimité, vers d'autres mouvements colorés survenant en lui spontanément, permettant ainsi la possibilité à celui-ci de reconnecter lucidement avec son potentiel créatif infini, de lui redonner un regain de Confiance souvent omis par la capacité de pouvoir créer ensuite et chez lui, dans le domaine qui lui sied.

"L'art-mano thérapie est un travail sur soi qui se vit au présent afin de mieux s'accueillir et mieux se vivre là où nous sommes, comme nous sommes et non un moyen ou connaissance de plus pour alimenter son caddie mental ou pour se diriger vers un idéal ou un devenir quelconque."

Nous découvrons aussi au travers de cette thérapie picturale le détachement conscient par le fait d'effacer les mouvements manuels exécutés pour laisser place à de nouveaux, ce qui donne l'opportunité de se rendre compte d'un passé périmé, d'un futur aléatoire, nous replaçant directement dans notre Ici et Maintenant, Là où nous résidons tous vraiment.

"Nous ne vivons qu'ici et maintenant, hier et demain n'existent pas d'eux-mêmes."

Nous découvrons aussi que la Lumière tant recherchée par le plus grand nombre ne se découvre pas à l'extérieur de soi comme souvent proposé dans le monde artistique connu, juste par le fait que l'on ajoute pas un + de peinture sur la toile pour découvrir cette lumière mais que par cette technique originale, nous comprenons que le blanc de la toile est la couleur la plus pure et qu'en retirant avec ses doigts les autres couleurs placées auparavant, nous retrouvons obligatoirement la lumière originelle de la toile. Ce qui fait prendre conscience au stagiaire et intérieurement qu'il se passe exactement la même chose en lui.

"La Lumière vivante est toujours là en soi, il suffit seulement de retirer ce qui la cache pour la re-connaître telle qu'elle est."

Le premier matin du stage nous montre ces couches invalidantes enregistrées psychologiquement qui couvrent notre lumière intérieure et restreignent l'expression naturelle de la Conscience au présent.

En fin de matinée, chaque stagiaire compose à partir des 7 mouvements appris, une oeuvre intime et des plus originales.

Après le repas souvent animé concernant cette première approche et un peu de détente, nous reprenons une nouvelle façon de créer et par la même occasion, de voir de plus en plus au présent les déviations rapides du mental qui, croyant détenir la technique en mains, se remet vite en circulation pour détouner au tant que possible le stagiaire de sa spontanéité naturelle, souvent par comparaison, jugement de soi, de l'autre..

Nous faisons donc et en sorte de "Corriger ses déviances adoptées, ses résistances" pour replacer le mental à sa juste fonction de serviteur-témoin.

"Une erreur corrigée au présent ne se répète plus."

-La création diffère du matin car nous élargissons l'écoute, la compréhension et l'application tout en allégeant ou en épurant la création en cours.

L'après midi mon rôle en tant que guide différe, les mots explicatifs sont moins prenant pour laisser le stagiaire à sa propre guidance intérieure, je me place en Témoin actif, ne répondant qu'à la demande et au besoin de l'étudiant. En fin de journée, une nouvelle réalisation voit le jour dans une quête de plus en plus précise d'harmonisation et d'équilibre de l'oeuvre comme du stagiaire.

"Le guide n'est là que pour diriger le stagiaire vers lui-même."

Après le repas du soir bien alimenté de propos sur les découvertes sur soi et sur cette activité picturale, je me tiens à diposition pour un éventuel entretien individuel ou en groupe, selon la demande.

V. A quoi consiste cet entretien?

A. L'entretien permet aux stagiaires qui en font la demande, d'éclaircir quelques points sombres concernant leur première journée de stage ou d'autres troubles plus personnels qui empêchent d'être présent à eux-mêmes....

-Le dimanche la journée du stage est nommée "Paix et Lumière." Après avoir vécu une journée précédente assez tendue et pleine de rebondissements émotionnels, de découvertes artistiques et de compréhensions sur nos déviances psychologiques influençables, il est indispensable aux stagiaires d'un lâcher-prise et d'un laisser-faire afin qu'ils reprennent lucidement et quiétude la route vers leurs foyers.

La matinée nous faisons tout de même un rappel des mouvements digitaux sur la toile et nous découvrons par la suite une nouvelle manière de créer et de suivre son intuition comme son inspiration.

"Suivre lucidement son intuition ouvre la voie sur son inspiration inépuisable."

Après le repas du midi, étant beaucoup plus centrer sur leur moment créatif et intuitif, les stagiaires commencent à se laisser envahir par le Silence et leur bien être naturel, ce qui fait que ce troisième repas est beaucoup moins évasif et beaucoup plus vécu au présent.

Le dernier après midi est basé sur la connexion lumineuse, un certain retour à la Source. Pour ce faire, je laisse libre cours à l'imaginaire créatif et harmonieux de chacun qui s'exprime selon son propre ressenti tout en découvrant une quatrième façon de peindre avec les mains et d'autres petits accessoires, pinceaux et pailles à boire...

Selon le stage et après le quatrième tableau, je propose avant notre séparation physique une petite méditation harmonique en commun qui se nomme " Le Cercle d'Amour" afin que chacun s'unisse à chacun et reparte plein et entier de ce qu'il est et vide de ce qu'il n'est pas...

"Nous sommes tous Un au-delà des frontières psychiques. Faire un Cercle d'Amour nous invite et nous relie à notre Unicité Impersonnelle."

V. Ce stage nous invite donc à beaucoup de choses!

A. Oui et beaucoup d'autres choses peuvent être encore dites sur l'Art-mano thérapie, ce Yoga (union) de la peinture mais je pense que le pain a nettement plus de valeur et de saveur si on le mange que si l'on ne fait qu'en parler..

V. Merci Amano pour ce témoignage vivant !

A. Nous sommes la preuve et la représentation du Vivant. A nous d'en exprimer ce Don merveilleux, là où nous sommes comme nous sommes et avec les moyens offerts...

Au plaisir de partager cet art méditatif et créatif avec vous.

---------------------------

Voir page google: Amano Swami

youtube: Amano Amano